Le ginseng rouge : Une arnaque générale?

Vous êtes intéressé(e) par l’achat de ginseng rouge ? Vous constatez de grands écarts de prix sur les boutiques en ligne de même que des différences de teneur en principe actif (ginsenosides) de certains produits au ginseng ? Trésors de Corée vous propose un compte rendu des pratiques, souvent des arnaques, rencontrées.

Une racine de ginsengLe ginseng est une plante et un produit devenu à la mode depuis une dizaine d’années, avec l’arrivé des produits naturels et homéopathiques pour soigner naturellement certaines maladies. Avec un phénomène grandissant comme le ginseng, les arnaques sont devenues nombreuses et les consommateurs n'y voient que du feu.

Avant de poursuivre, voici notre petite histoire personnelle de la raison de la rédaction de cet article. Nous avons ouvert Trésors de Corée en février 2012 et nous nous sommes demandé pourquoi ne pas proposer à nos clients du ginseng rouge de Corée à prix attractif puisque nous sommes directement à la source du produit. Nous avons ainsi commencé par proposer de l’extrait concentré de ginseng, qui est le produit avec la teneur en ginsenosides la plus élevée et donc le plus efficient au niveau des effets thérapeutiques recherchés. Naïfs, nous avons renseigné les informations exactes des teneurs réelles en ginsenosides de nos produits.

Un jour, nous avons reçu un mail d’un nos clients nous posant des questions par rapport à cette teneur en ginsenosides de l’extrait concentré que nous proposons, car il avait déjà acheté le même produit dans une « maison » très réputée de Paris, qui annonce une teneur en ginsenosides de 100mg/g . Stupéfait par la teneur annoncée  par le marchand (100mg/g de produit, alors que la teneur réelle est de 10mg/g) nous avons commencé à nous intéresser de plus près au sujet, en naviguant parmi les produits au Ginseng et dérivés vendus en ligne. Et nous sommes tombés de haut : produits avec des teneurs en ginsenosides à 70, 100 voire 250mg/g. Et nous qui vendons l'un des meilleurs produits possible en Corée... Comment est-ce possible ?

Selon des études et une flopées d’articles que vous pouvez facilement trouver sur le web, le ginseng rouge de Corée est « le meilleur ginseng », reconnu pour ses vertus thérapeutiques. Comment se fait-il donc alors que les soi-disant meilleurs ginsengs de Corée ont une teneur maximale en ginsenoside de 15mg/g  (extrait concentré, capsule) alors que des produits vendus sur internet et autres points de ventes annoncent une teneur minimale de 50-70mg/g de ginsenosides ?

Les différentes arnaques rencontrées :

Avant tout, il faut comprendre le terme de "saponine". Les saponines, ou saponosides, sont des molécules produites naturellement par les végétaux et certains animaux. Les saponines permettent aussi de faire mousser : on les retrouve donc dans les savons et les détergents. Le Ginseng produit naturellement des saponines mais rassurez-vous, vous n’allez pas faire des bulles en consommant du ginseng ! Les saponines sont en fait souvent à l'origine des ruses des teneurs en ginsenosides indiquées.

En effet, jusqu’en 2010, même en Corée, les producteurs de ginsengs rouge indiquaient la teneur totale en saponines sur leurs ginsengs, qu’ils avaient décrit comme étant des Ginsenosides. Ce qui n’est pas le cas, seule une partie infime de ces saponines sont en réalité des ginsenodides. Les ginsenosides sont regroupés en deux groupes : les  Rb1 groupe (Rb1, Rb2, Rc et Rd) et les  Rg1 (Rg1, Re, Rf, and Rg2).

La Korean Food an Drug Administration (KFDA) a donc mis en place en 2009 une réglementation pour les marchands qui souhaitaient vendre leurs produits au ginsengs en tant que complément alimentaire. Ils se sont vus obligés d’inscrire sur leurs ginsengs la teneur exacte en ginsénosides Rb1 et Rg1 et Rg3 et non en saponines. Pour information, 70 mg de saponines contiennent environ 10-13 mg de ginsenosides. Pourquoi avoir mis en place cette règlementation ? Tout simplement car les producteurs commençaient à ajouter différentes saponines (généralement saponines de fleurs de campanules) dans leurs ginsengs pour en augmenter la teneur et donc mettre leurs ginsengs plus en valeur.

Quelques exemples d’étiquettes réglementées avec une petite leçon de coréen :

étiquettes réglementées de ginseng rouge Coréen

Cette régulation n’est malheureusement pas observée par les producteurs étrangers continuent de tromper leurs clientèles.

Les différentes arnaques encore observées :

  • L’étiquetage trompeur avec la teneur en ginsenosides annoncée 100-200mg/g alors que ce sont des saponines ou d'autres produits dérivés.
  • Beaucoup de produits indiquent une teneur de ginsenosides en  %mais aucune précision sur ce pourcentage (de poids total, de teneur en ginseng brut ?).
  • Les produits ou la teneur en ginsenosides est notée en valeur journalière ou dose. Prenons le cas d’une ampoule liquide de ginseng annoncée 250mg pour 50ml de produit donc au final par gramme ou ml = 2.5mg/g ou ml. De plus, il s'agit le plus souvent de la concentration en saponines et non en ginsenosides.
  • Les vendeurs qui proposent du véritable ginseng rouge de Corée de bonne qualité, mais qui ne savent pas lire le coréen ou mentent sur la teneur en ginsenosides pour mettre en valeur leurs produits. Prenons l’exemple de l’extrait de ginseng rouge que nous proposons il est écrit 70% de ginseng (% de racine principale). Cette valeur se transforme bien souvent en ginsenosides. Ou simplement ils n'ont pas mis à jours les informations de leurs produits depuis la mise en place de la nouvelle réglementation de la KFDA, c'est-à-dire que les indications sont encore en concentration de saponines et dans ce cas on retombe encore sur le piège des saponines.
  • Les vendeurs qui préviennent de l’arnaque, mais au final arnaque quand même. Ils sont légions sur internet. Vous allez souvent trouver « un ginseng avec une teneur en ginsenosides inférieure à 15mg n’est pas efficace ». Pourtant, les meilleurs ginsengs rouge de Corée ont une teneur maximale de 15mg/g. Voilà comment tuer un marché.
  • Les vendeurs qui ne vous indiquent pas la teneur en ginsenosides. Ce n'est pas vraiment une arnaque car ils ne vous mentent pas, mais ce n’est pas très correct non plus.

 Pour creuser le sujet et aller plus loin, certains laboratoires suisses et canadiens ont testés ces produits et les résultats confirment ce que nous avançons :

Nous nous demandons cependant pourquoi les associations de protections des consommateurs français n'interviennent pas. Nous n’avons pas réussi à trouver un seul article.

Le ginseng est à prendre au sérieux, comme tout médicament ou traitement . Il existe des contre-indications et des effets indésirables même s'ils ne sont pas nombreux.  Le ginseng ne devrait pas être consommé par des personnes ayant des problèmes cardiaques, d’hypertension, de diabète ou souffrant de troubles du sommeil et ne doit pas être consommé par des femmes enceintes ou allaitant, car il n’y a pas d’études correctes réalisées à ce sujet. Le ginseng peut entrainer des céphalées, des pertes de sommeil, de la nervosité, des tremblements et peut-avoir des effets addictifs.

Pour ceux qui, après toutes ces informations, souhaitent encore acheter du ginseng, suivez nos conseils.

Comment bien choisir son ginseng ?

Avant toute chose, on ne le répétera jamais assez souvent. ..RENSEIGNEZ-VOUS avant d'acheter du ginseng. Nombreux sont les marchands peu scrupuleux qui décrivent leurs ginsengs comme étant le meilleur au monde. Nous préférons informer nos clients d’abord et leur laisser choisir leur revendeur de ginseng avec une idée aboutie sur les bienfaits du ginseng, les contre-indications et autres conseils utiles pour mieux cerner ce qu'ils vont acheter. Une cure de Ginseng n’est pas à prendre à la légère.

Premièrement, évitez toutes les promotions et autres publicités sur le ginseng pas cher. Le ginseng de bonne qualité est cher ! Nous ne pourrons pas changer cela, même si nous vous fournissons directement depuis la source, c’est-à-dire depuis la Corée. Du ginseng à 7€90 …ça n’existe pas ! Les dérivés du ginseng affichés avec un tel prix sont des médicaments avec un effet placebo.

Par exemple, un pot d’extrait de ginseng-rouge de qualité de 50g se négocie entre 65 et 100€, si vous allez chez un revendeur Français.  

Ce qu’il faut contrôler en achetant du ginseng :

  • La teneur en Ginsenosides : les meilleurs ginsengs contiennent une concentration de 14-15mg/g mais sont très chers à l’achat ou sinon ils sont de mauvaise qualité. Un bon ginseng contient environ 10mg de ginsenosides pour 1 gramme. Tous les marchands qui vous proposent un extrait avec une valeur supérieure à celle indiquée plus haut sont soit des menteurs ou des gens qui lisent très mal le coréen. Je lis même des articles sur des sites sérieux qui n'ont pas vérifié leur source 4 a 7% de ginsenosides, c’est une hérésie pure et simple.
  • L'âge du ginseng utilisé : il est de tradition en Corée de récolter les racines de ginseng au début de la 7ème année, le temps que la plante de développe correctement et obtienne toutes ses valeurs thérapeutiques. Optez donc pour un ginseng de 6 ans d’âge. Évidemment, la majorité des ginseng vendus ont 6 ans mais il est malheureusement impossible de vérifier l'âge réel. 
  • Le type de ginseng : Je n’en ai pas parlé plus haut, mais il existe deux genres de préparation de ginseng. Le ginseng et le ginseng rouge, le rouge étant simplement un blanc qui a été « fumé », c'est-à-dire qui est passé par une étape à l’étuve pour une fumaison traditionnelle. Cette étape est indispensable pour obtenir une meilleure concentration de facteurs actifs.
  • L'origine du ginseng : Le ginseng rouge de Corée est le plus connu, vous en trouverez ses éloges sur des centaines d’articles. Il est tout à fait possible de trouver un ginseng qui vient de Chine ou d’un autre pays d’Asie.

 

Si vous êtes encore à la recherche d'un ginseng rouge de qualité, visitez notre sélection de ginseng rouge Coréen

De Bertrand Bachmann


Accept

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer Par exemple, des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et Par exemple, réaliser des statistiques de visites.