Souvent rencontré dans la tradition et l’art de vivre des pays orientaux, l’éventail se révèle être un accessoire de mode indispensable autant pour les hommes que pour les femmes. Il représente également un accessoire essentiel dans l’accomplissement de certains rites et traditions orientaux, comme dans certains arts martiaux, dans le théâtre, mais aussi dans les danses traditionnelles. La Chine, le Japon et La Corée figurent en tant que pays spécialistes des éventails, tant ils représentent un élément essentiel de leur culture. Des éventails qui se spécifient toutefois par leur présentation, leur forme, leur utilisation et leur matière de fabrication pour chaque pays.
L’origine des éventails remonte à bien des siècles av. J.-C. et les recherches démontrent clairement que ses premières apparitions remontent à l’époque de la domestication du feu par l’homme. Son utilisation s’est d’ailleurs répandue dans toute l’Europe au fil des années, d’où la présence de cet accessoire surtout dans le milieu de la mode particulièrement et d’accessoire de ventilation dans le monde occidental.

Les éventails au fil de l’histoire du développement de l’humanité

ancien éventail


L’éventail est un accessoire qui servait principalement comme moyen de ventilation. Il devient toutefois un véritable accessoire de la tradition et de l’art de vivre dans de nombreux pays à travers le monde, et plus particulièrement dans les pays orientaux. Son origine remonterait à l’époque de la découverte du feu par l’homme, et servait donc à entretenir le feu. Tout comme dans les pays occidentaux, les éventails qui sont essentiellement des spécialités des pays orientaux servaient autant pour la ventilation que pour accessoiriser les tenues les plus élégantes dans le temps. Un accessoire qui s’est d’ailleurs évolué au fil du temps et de l’utilisation pour conserver jusqu’à ce jour son statut d’accessoire de mode essentiel surtout dans les pays de l’orient.

L’éventail dans les différents pays du monde

Selon l’histoire, les premières formes d’éventails découverts dans le monde représentaient une large feuille et une palme tressée. Des premières apparitions qui remonteraient à l’origine de la découverte et des premières utilisations du feu par l’homme. Toutefois, on ne verra de réelles évolutions de cet accessoire qu’à l’époque égyptienne avec comme nom flabellum ou esmouchoir. Ils servaient principalement à l’époque de protection des souverains contre les mouches qui étaient en train d’envahir la partie sud de la méditerranée en ces temps. Les éventails de l’époque étaient d’ailleurs présents sous forme d’écrans. Ils ne pouvaient donc pas être ployés. Les premières formes découvertes dans les pays orientaux sont également en écrans. En Grèce, il apparut depuis le IVe siècle av. J.-C. et portait le nom de ripis. Il était formé de feuilles de myrte ou de lotus ou d’acacia. Durant l’époque romaine, l’éventail faisait déjà partie intégrante des toilettes féminines et ne sera connu dans les rites orientaux qu’au cours du rayonnement de Byzance. L’utilisation de l’éventail va ainsi se répandre à travers le monde et connaîtra au fil des années des évolutions incontestables pour être reconnue plus tard sous différentes formes et divers types pour chaque utilisation et pour chaque pays. Durant le moyen âge effectivement, il prendre le nom d’esmouchoir et sera formé par un manche et de longs fils de crin. Au Japon, les premiers éventails pliés ou Sensu seront inventés au cours du VIIe siècle par un japonais qui se serait inspiré des mouvements des ailes d’une chauve-souris. Les éventails brisés qui sont essentiellement composés de lamelles seront inventés bien des années plus tard.

L’expansion de l’éventail à travers les pays du monde

La Corée figure parmi les premiers pays de l’orient à avoir utilisé les éventails depuis des époques anciennes outre la Chine. C’est notamment grâce à ce pays que le Japon va aussi s’intégrer dans la liste de pays utilisateurs de l’éventail dans le courant du VIIe siècle. Les pays européens ne vont toutefois connaître les éventails qu’au début du XVIe siècle. En effet, ce sont les Portugais, de véritables aventuriers toujours à la recherche de terres nouvelles à l’époque et de richesse, qui ont importé les éventails depuis le Japon pour le répandre d’abord dans la capitale du pays, Lisbonne avant qu’ils n’atteignent l’Italie, puis la France. La fameuse Catherine Médicis sera d’ailleurs à l’origine de l’appréciation des éventails italiens au sein de la cour de France et en fera par la suite un accessoire de mode des plus en vogue à l’époque. Le nom d’éventail ne sera pas d’ailleurs connu que lorsque l’écrivain Brantôme en parlera dans son recueil « Les vies des dames galantes » au début du XVIIe siècle. En Europe particulièrement, le XVIIIe siècle sera surtout marqué par les éventails brisés d’origine chinoise qui vont être peu à peu remplacés par les éventails pliés. La France deviendra d’ailleurs bien des années plus tard un pays producteur d’éventails en série, grâce à l’invention d’un système de moule à plisser par Martin Petit. Les éventails de plumes seront en vogue au début du XXe siècle. À nos jours, l’Espagne et les pays de l’orient resteront les plus grands producteurs de cet accessoire.

L’éventail dans les pays orientaux, en Japon, Chine et Corée

L’éventail tient une place importante dans la culture asiatique. Si à l’origine, il était destiné pour chasser les poussières et ventiler un peu, il s’impose dans la culture asiatique en devenant l’accessoire indispensable lors des rites traditionnels, des danses folkloriques et même de certains types d’arts martiaux. Il devient également un accessoire de mode à part entière. Les différents types et matières de fabrication sont ainsi les éléments déterminant la classe sociale de ceux qui les portent.

Les différents types d’éventails dans les pays orientaux

Tout comme en Chine, Japon et Corée, il existait principalement deux grandes catégories d’éventails. Ceux qui sont plus rigides apparaissent comme les plus anciens modèles et se composent essentiellement de plumes. Les premiers modèles avec une monture en bambou seront inventés au fil du IIe siècle en Chine. Les éventails pliables quant à eux seront inventés au Japon durant le IXe siècle. Particulièrement pour le Japon d’ailleurs, il existait principalement deux types d’éventails, dont ceux nommés uchiwa et Ogi. Les éventails uchiwa se caractérisent par leurs formes qui peuvent être ronde ou ovales ou carré. Dotés d’une manche en bois, ils étaient décorés par des peintures. Le cuir laqué viendra plus tard remplacer le bois, puis le papier et le tissu dans la fabrication des éventails. Les éventails Ogi quant à eux sont connus pour être les premiers éventails pliables. Un type d’éventail spécialement conçu pour les hommes, l’Ogi se verra alléger au fil des années et de l’évolution pour être réalisé en papier ou en tissu et s’adapter aux besoins des femmes. Ce type d’éventail était d’ailleurs conçu avec des fines lamelles de bois ou d’ivoire qui seront reliés entre elles avec du fil de soie. Les éventails de guerre quant à eux étaient connus sous le nom Gunsen et étaient spécifiques du Japon à l’origine. Il était surtout porté par le chef de guerre et servait de signe de ralliement ou d’indication de la direction des troupes lorsqu’il est brandi ouvert. Quand il est fermé toutefois, il sert toujours de protection et durant les combats au sabre. Même dans la cérémonie du thé, une rituelle des plus importantes au Japon, ils utilisent un type spécifique d’éventail, il s’agit du rikyû-ôgi qui est un éventail pliant richement décoré et peint agréablement. Particulièrement pour la Corée, outre son utilisation dans les différentes rituelles et en tant que partie intégrante des toilettes de femmes et hommes du pays, l’éventail est essentiellement utilisé pour la réalisation d’une danse traditionnelle typique du pays. Ainsi, la Corée est spécialement reconnue pour sa danse de l’éventail. Une danse traditionnelle du pays au cours de laquelle, les danseuses brandiront gracieusement leurs éventails. Ces derniers sont d’ailleurs spécialement conçus pour l’occasion.

La danse de l’éventail : une des plus belles utilisations de l’éventail en Corée

Danse avec éventailSi au Japon on utilise l’éventail pour mener un combat, en Chine pour distinguer la classe sociale, il s’utilise pour agrémenter les mouvements d’une danse traditionnelle en Corée entre autres diverses utilisations au quotidien. La danse de l’éventail ou buchaechum est ainsi une forme de danse traditionnelle coréenne inventée par la danseuse Kim baek-bong au cours de l’année 1954. Elle est réalisée par un groupe de femme qui doit porter un habit traditionnel coréen, le hanbok. Un costume qui est confectionné de tissus de couleurs vives, et sera porté avec un jeogeri brodé de fleurs, ainsi qu’une longue jupe de couleur rose. La coiffure sera également marquée par une sorte de chignon très décorée pour chaque danseuse. Quant aux éventails, elles le tiendront par la main pour l’agiter agréablement suivant leurs mouvements. Des mouvements qui se spécifient par un commencement lent puis une accélération soudaine en suivant une mesure rapide et pleine de vigueur pour former des vagues ou des fleurs. Les éventails seront d’ailleurs caractérisés par leur décoration sublime en peinture de fleurs de pivoine rose et leur ornement en plume. Une danse qui représente d’ailleurs l’importance de la coopération, elle était auparavant réalisée individuellement avant d’être transformée en une danse collective que les élèves dans les établissements secondaires de la Corée pratiquent surtout avant les compétitions sportives pour se remémorer l’importance de la coopération. Si la danse de l’éventail se caractérise par une utilisation intense et régulière de cet accessoire, d’autres types de danses traditionnelles coréens font également usage de l’éventail pour différentes occasions, surtout lors des danses de rituels. Des éventails dont la conception se spécifie en fonction du type de danse et par rapport aux expressions principales des mouvements.

La place de l’éventail dans la culture coréenne

Les Coréens figurent parmi les spécialistes de la fabrication d’éventails à travers le monde. Un accessoire qui s’impose d’ailleurs dans un grand nombre des rituels et des traditions du pays, l’éventail tient une place importante même dans la vie quotidienne des Coréens, son utilisation devient même un art de vivre. En effet, l’éventail est considéré en Corée comme un accessoire indispensable pour se rafraîchir durant les périodes de grandes chaleurs et même pour repousser les poussières. Il était également un accessoire essentiel dans les toilettes pour homme et femme, car porter un éventail permettait aux hommes d’être plus élégants et aux femmes d’apporter une touche particulière à leurs tenues tout en mettant en valeur leur beauté. Dans tous les cas, l’éventail est un accessoire utilitaire des plus appréciés par les Coréens et entre dans plusieurs coutumes et traditions du pays.

Un accessoire aux multiples usages dans l’art de vivre coréen

Depuis les premières créations des modèles d’éventail en Corée, ils représentaient déjà bien plus qu’un accessoire utilitaire pour se ventiler et avoir un peu d’air frais durant les temps de chaleur. En effet, les anciens Coréens ayant dotés les éventails de huit grandes vertus, ils sont surtout appréciés pour leurs différentes modalités d’emploi qui sont de produire un peu d’air frais, de faire de l’ombre pour se protéger du soleil, de chasser les insectes, de service de couvercle à un récipient en cas de besoin, de substituer un coussin pour s’asseoir par terre, d’attiser le feu ou encore de servir de pelle ou de support quand il faut porter quelque chose sur la tête. Par ailleurs, les éventails tiennent également une place importante dans la tradition coréenne si on ne cite que son utilisation par les chamans, les danseurs et les chanteurs. Dans toutes ces situations, l’éventail était considéré comme un élément qui sert à apporter encore plus de force et de puissance dans leurs mouvements et leurs interprétations. Par ailleurs, les poèmes, les œuvres picturales, les calligraphes ou encore les idéogrammes qui ornent les éventails en font un objet d’art des plus fonctionnels qui peut être utilisé à tout moment et n’importe où.

Les éventails typiques de la Corée

Avant d’entre plus en détail dans les différentes utilisations et l’importance de l’éventail dans la culture coréenne, il est important de savoir avant tout les différents types d’éventails coréens et leurs spécificités. Ainsi, le Hapjukseon se révèle être l’éventail emblématique du pays. Il représente d’ailleurs un élément par excellence de leur patrimoine culturel riche et unique au monde. Un éventail qui est fabriqué à partir de matière naturelle, il se compose principalement de bambou et de papier. La particularité de la fabrication des éventails coréens en papier réside d’ailleurs dans l’utilisation d’un papier traditionnel nommé Hanji. Un type de papier traditionnel coréen apprécié pour sa résistance et sa capacité à contenir des fibres de bois apparentes. Un type de papier solide et particulièrement durable, il est fabriqué à partir de l’écorce de mûrier. Cette écorce sera ensuite mélangée avec de l’eau et de la colle de mûrier pour être ensuite écrasée afin d’en obtenir des pulpes. L’utilisation de matériels en bois durant le processus de fabrication permet effectivement de conserver les propriétés naturelles de chaque matière, dont notamment la longueur des fibres. Le mélange écrasé qui en résultera sera par la suite étalé sur un tamis pour obtenir une première couche de pulpe. Une technique unique et qui confère au Hanji sa propriété solide et durable. La petite ville de Jeonju est réputée pour être à l’origine des meilleures qualités de Hanji dans toute la Corée. En effet, le travail laborieux des artisans se découvre par la qualité et le design unique de chaque création de Hapjukseon. La fabrication d’un seul éventail de ce type passe par 108 étapes différentes depuis la fabrication du hanji, en passant par la conception de la monture en bambou avant d’arriver à la décoration réalisée en peinture et calligraphies coréennes. Les flèches en bambou qui vont servir pour la monture sont d’abord traitées avant de passer par un polissage pour être mieux pyrogravées. Quant à la feuille de Hanji, elle sera d’abord peinte minutieusement avant d’être calligraphiée. Dans la plupart des cas, la partie avec laquelle on maintient l’éventail est réalisée avec de la corne de buffle pour être plus résistante et pour faciliter le maintien à la main. L’éventail Hapjukseon représente ainsi tout un art dont l’esthétisme et la peinture expriment bien souvent une magnifique histoire.

L’éventail coréen dans toutes ses formes

éventail coréenIl existe deux grands types d’éventails coréens si on ne parle que de leurs formes. Il y a ainsi l’éventail rond qui était connu autrefois sous différentes appellations dont banggu buchae, danseon, ou encore wonseon. Il avait pour particularité une composition en petit anneau de papier de mûrier ou de soi qui est monté sur une armature circulaire formé de tiges de bambou. Un type d’éventail coréen des plus anciens, l’éventail rond se décline encore dans plusieurs modèles établis en fonction de son ornementation et sa forme pour désigner différentes formes d’expressions. Ainsi, le pachoseon rappelle par sa forme le plantain, alors que le semiseon se caractérise par sa composition d’entrelacs de fines tiges de bambou. Il existe également le taegeukseon qui comporte le symbole du taegeuk en son milieu. Entre autres modèles d’éventail rond coréen figure également le hwangchilseon, un éventail d’un grand esthétisme qui se spécifie par son revêtement en laque jaune, lui attribuant un éclat doré et particulièrement un parfum exquis. À part l’éventail rond, les Coréens ont aussi l’éventail pliant qui a été également connu dans le temps sous les noms jeopseon ou jeopcheopseon. Pour ce second type, la fabrication se réalisait aussi à partir de papier de mûrier qui est ensuite monté sur une petite structure en bambou, cette fois pliable. L’éventail étant déjà apprécié pour sa facilité d’utilisation et sa praticité, il était dans le temps un excellent présent officiel à offrir pour les hautes personnalités qui se rendaient en Corée. Constituant un accessoire des plus indispensables depuis longtemps pour les habitants de Corée, l’éventail ne constituait pas seulement un accessoire utilitaire, mais aussi un élément qui rajeunit l’âme de tout coréen. L’éventail étant considéré tel un présent conservant le doux souvenir d’une mère aimante et tendre qui évente son enfant assoupi sur ses genoux.

L’éventail : une idée-cadeau très appréciée dans la culture coréenne

Les Coréens sont actuellement réputés pour aimer célébrer différents évènements en familles et avec des proches. Ce qui a engendré depuis les dernières années différentes fêtes, commerciales pour la plupart, mais qui représente des évènements importants dans la vie de la population. Des fêtes qui permettent aux Coréens d’offrir à chaque occasion un petit présent pour ceux qui leur sont chers. Dans le temps d’ailleurs, les Coréens avaient déjà pour coutume d’offrir des éventails à de nombreuses occasions. Que ce soit en été ou en hiver, les Coréens estiment que l’éventail est une idée-cadeau idéale. En effet, en été, il servira pour se rafraîchir, alors qu’en hiver, un éventail calligraphié des poèmes sera parfait pour raconter une merveilleuse histoire afin se réchauffer l’esprit. La fête de Dano, une fête qui a lieu le cinquième jour du cinquième mois du calendrier lunaire, signifie pour la population l’arrivée d’une période estivale des plus rayonnantes, d’où l’appréciation d’un éventail comme cadeau à cette occasion. Selon l’histoire par ailleurs, l’éventail serait depuis le Xe siècle considéré comme un cadeau parfait et qui était apprécié par toute la population. En effet, les Coréens d’autrefois considéraient l’éventail comme un accessoire utilitaire possédant huit vertus, d’où sa place importante dans la culture coréenne. Il serait alors une excellente protection contre le soleil et la pluie, et serait également un outil remarquable pour purifier l’air et déshumidifier l’atmosphère qui vous entoure. Mais encore, qu’il peut servir de natte ou de couvercle de substitution, sans oublier qu’il est facile à fabriquer et est à la portée de tous et de toutes. Pour les seonbi, des personnes considérées comme des Hommes de valeurs et cultivés, l’éventail servait également à cacher leurs différentes expressions faciales. Non seulement les Coréens sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à utiliser l’éventail au quotidien, mais considèrent également cet accessoire comme un élément à part entière dans leur tradition. La beauté des Hapjukseon est d’un magnifique éclat que de nombreuses personnes à travers le monde apprécient également avoir en main ce type d’éventail coréen en papier entre leurs mains pour accessoiriser leurs tenues, mais aussi pour sa praticité en temps de chaleur.